Takavazi, Art Batard et FloRe CarnivoRe

11 février 2016

Dans un livre…

Publié par florcarnivor dans Textes

Aude de Kerros a écrit un ouvrage très dense et percutant sur les arcanes financières de l’art contemporain et ses conséquences désastreuse pour la création non-conceptuelle, une enquête haletante sortie en Octobre dernier, presque un thriller dont le pitch pourrait être : « Mais qui a bien pu tuer la peinture? »…

à la page 236 de son ouvrage, elle me consacre un passage :

 

 »Le peintre Flore Takavazi évoque, au travers de fanzines, de livres d’artistes, de textes mélangés à son oeuvre, qui prend sa place dans le courant de l’art brut actuel, art autodidacte inspiré, « ce cassage artistique et humain » que fut son apprentissage de l’art contemporain aux beaux arts de Toulouse, à qui elle doit sa « culture du moche comme fondement… ». Elle a vécu sa vocation comme « une déviance qui n’a pas sa place dans l’art contemporain ». Et pourtant! Sa vie est un combat jour après jour pour « préserver sa vocation contre tout. C’est la peinture ou la mort! ». Elle évoque les modèles alternatifs, tous explorés : ceux de la génération d’avant, rock, punk… Mais la légitimité de « l’underground » n’est plus. Aujourd’hui la seule justification est la réussite financière, il n’y en a pas d’autres. Les arts marginaux sont reconnus certes, mais à condition qu’ils soient candidats au suffrage sur le net et à la cote. Il leur faut pour cela entrer dans le mainstream. Créer de façon autonome, mais sans statuts, sans moyen, sans savoirs, est un défi quotidien, une précarité sans fin! Et pourtant Flore Takavazi, lorsqu’elle évoque le travail à l’atelier, dit avoir le sentiment fort de connaître un privilège royal, celui d’accomplir sa vocation. Même dans des conditions très dures, elle éprouve une joie inexplicable de créer, d’être libre, de se sentir habitée par un puissant désir de dépassement et d’excellence. »

 

 Aude de Kerros,  »L’imposture de l’art contemporain », édition Eyrolles, 2015.

 

Merci Aude, infiniment…

 

Rectificatif (Octobre 2020) :

Ce post est un indicateur de mon état d’isolement et de ma naïveté à ce moment là (pour pas verser plus loin dans l’autodépréciation…), mais surtout de mon amour des livres et de la joie que mon travail et tout simplement mon existence soit reconnue dans un livre.

Il serait facile d’effacer ce post mais je préfère m’exprimer sur le fait que je suis toujours d’accord avec le travail qu’Aude de Kerros a fournit dans ses deux ouvrages :  »L’Art caché » et  »L’imposture de l’Art Contemporain », que j’estime très important pour comprendre la situation désastreuse des peintres en France. Ouvrages que j’ai connu pour le premier, par le biais de la revue Artension. 

Nos échanges ont été cordiaux et même enrichissants, toujours sur des sujets liés à la pratique artistique marginale. Par contre, et très clairement je ne cautionne aucuns des engagements de Madame de Kerros dans les autres aspects de sa réflexion, versant dans des idéaux clairement reliés à des mouvances d’extrême droite et dont je n’avais pas connaissance à l’époque.  Je déplore que l’argumentation  anti-politique-artistique-institutionnelle et art financier soit reliée à des théoriciens réactionnaires depuis le décès de Laurent Danchin, fervent défenseur de l’Art Brut et des artistes les plus fragiles. Je ne cautionne ni  »causeur », ni  »radio courtoisie », ni la ribambelle de revues aux idées les plus abjectes les unes que les autres dans lesquelles Aude de Kerros publie régulièrement. Ce qui explique aisément que les détracteurs du système Art Contemporain et ses dérives soit systématiquement qualifiés de  »fachos ». CQFD. Tout ça me file le tournis et la gerbe, tout autant que la fois où j’ai visité le musée du quai Branly. Je suis profondément déçue et attristée qu’il n’existe pas quoi que ce soit pour venir en aide aux artistes hors Art Contemporain, surtout aux peintres, encore plus aux femmes peintres. Entre le rien institutionnel et des faux alliés nostalgiques du temps ou la France et plus précisément Paris était soit disant  »le centre du monde » sur le plan artistique (et pas qu’artistique, j’ai bien l’impression…), les archi-mondains fossoyeurs de la contre culture, les exploiteurs associatifs pseudo libertaires violents et tyranniques. Je m’accroche à mes pinceaux et ne laisse plus personne s’approcher de l’échelle.

Que les choses soient nettes, je suis une personne issue de plusieurs vagues de migrations et aucuns de mes grands parents n’avaient la même origine. Je suis française par le hasard des soubresauts de l’histoire et me qualifie moi même de métèque avec la plus grande joie de retourner et m’approprier l’injure sans pour autant permettre aux autres de me blesser par ce terme. J’ai appris de mes aïeux l’horreur des camps d’internements français et des déportations pour avoir été des justes et des opposants politiques. C’est avant tout à elles et eux que je rends grâce dans ma vie, mes engagements, ma peinture pour m’avoir appris que nous sommes des êtres qui peuvent être solidaires et bienveillants mal grès les maltraitances, la pauvreté, la stigmatisation et le poids de tous les maux infligés par des identitaires, xénophobes et fascistes de tous poils. Je n’ai plus aucun merci à accorder à cette dame aujourd’hui et rejette toutes les formes de récupération nationalistes opèrant sur le plan des luttes LGBTQIA, du féminisme, de l’écologie et de la création artistique marginale. J’ai plus 20 ans mais je suis toujours PUNK et serais toujours du coté de la jeunesse qui emmerde l’extrême droite en général.

Quelques liens d’actualité sur ces questions et une perle rétro pour finir :

https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-06-octobre-2020

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/evelyne-heyer-les-genes-une-machine-a-remonter-le-temps

https://www.franceinter.fr/emissions/pas-son-genre/pas-son-genre-09-octobre-2020

https://www.rts.ch/play/radio/question-q/audio/la-realite-du-racisme-sexuel?id=11376644

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/la-journee-du-cropped-top

https://www.bide-et-musique.com/song/5630.html

 

 

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog