Takavazi, Art Batard et FloRe CarnivoRe

14 septembre 2014

Lost boys (don’t cry)

Publié par florcarnivor dans peintures

Lost boys (don’t cry)

Peinture sur toile

40 x 40 cm

Technique mixte + vernis

2012/2014

 

lost boys - florcarnivor.unblog.fr

 

 

9 septembre 2014

Expo à Vicious Circle !

Publié par florcarnivor dans dessins, gravures, peintures

Petite expo au pied levé…

Fly Vicious web

 

 

 

8 septembre 2014

De l’autre coté du miroir…

Publié par florcarnivor dans peintures

De l’autre coté du miroir…

Technique mixte

60 x 80 cm

2009/2014

Miroir -  florcarnivor.unblog.fr

 

sous-titre:

Un jour j’habiterai à la campagne!

 

 

7 septembre 2014

Bad Painting??? Pas si sure…

Publié par florcarnivor dans peintures, textes

Fukushimatelier florcarnivor.unblog.fr

 

Radioactive Morsure (Fukushima’s Danaë)

Technique mixte

79 x 135 cm

2012/2014

Collection de l’artiste.

 

Bad painting??? Pas si sure…

 

Coulures, signes, traces, lavis et à plats composent des images brutes, souvent quasi automatiques, d’autres fois très réfléchies.

Sampling mental d’images et de mots qui restitue des instantanés de mes états d’âme. Mes peintures sont des chaos visuels que je tente d’organiser afin de donner du sens à tout ce bazar : complexité de mon existence. Besoin d’expression libre.

 

Ma recherche graphique et picturale consiste à :

 

        • Passer le temps de manière ludique et hors d’atteinte de considération  »performative ». Le temps que je passe à peindre ou a dessiner étant les seuls moments de ma vie où je me sente absolument bien… Sans complexes, ni ambitions. Sans peurs et sans reproches. Libérée.
        • Lutter contre l’idée de perfection (culte de nos sociétés malades). Créer à partir de la médiocrité (des matériaux, des outils, des supports, de ma propre existence sociale) des images qui peuvent paraitre vulgaires et ineptes voir, carrément violentes dans un premier temps, mais qui se révèlent être complexes, profondes et non dénuées de sens et d’humanité pour qui veut bien y regarder à deux fois. Refuser l’idée du bon-goût, du  »beau » conformiste.
        • Créer un langage, élaborer une oeuvre multiple et en mouvement permanent qui utiliserait un vocabulaire iconographique précis et signifiant bien que camouflée sous des oripeaux bruts et maladroits.
        • Réagir de façons pacifique, poétique et constructive à des processus complexes d’auto-destruction et/ou d’agressivité, d’oppression et/ou d’impuissance.
        • Donner à voir une sensibilité plastique singulière et décomplexée, expression directe de la singularité de mon existence.
        • Jouer avec le paradoxe de la précarité de ma vie concrète par rapport à la richesse de mon monde créatif.
        • Être dynamique intellectuellement, ne laisser place ni à l’ennui, ni à la torpeur, ni à la victimisation.
        • Chercher en permanence, prendre des risques créatifs et me pousser à dépasser mes limites formelles.
        • Me placer toujours d’un point de vue sensible, décalé et non figé même et surtout quand j’aborde des thèmes éminemment politiques. Ne pas tomber dans la propagande ou le marketing.
        • Tenter de donner à voir la poésie de la seule constante de ce monde : le chaos.
        • Être là où on ne m’attends pas : en temps que femme comme en temps que créatrice. Refuser l’assignation sociale à mon genre biologique, à ma classe sociale, à mes origines culturelles.
        • Considérer qu’une grande partie des images que je crée sont des sortes de talismans exutoires et protecteurs, tout un univers fantasque et très personnel dont le rôle premier est de me rassurer et de m’apaiser un peu mais qui peut être signifiant et vivifiant pour d’autres aussi.
        • Cheminer hors de toutes prétentions d’excellence esthétique ou intellectuelles. Fuir les convenances, les postures idéologiques.

 

 

FloRe. 29 janvier 2014, repris le 31 août 2014.

 

 

5 septembre 2014

Kids, le film m’a marqué…

Publié par florcarnivor dans gravures, peintures

Peinture sur toile (vous pourrez apprécier la qualité de la tension à la main…)

Technique mixte

40 x 70 cm

2007

collection privée.

kids web

 

Et la version gravure  qui date de 2007 aussi, format A5:

Kids 2 WEB

29 août 2014

Le patriarcat et la témérité

Publié par florcarnivor dans peintures

Peinture sur bois

technique mixte et gravure

58 x 84 cm

2014

 

le patriarcat et la témérité

 

photo pas top,  sorry…

Je rêve d’une bonne fée qui apparaitrait pour moi avec pour seule envie de scanner mes 20 ans d’archives, photographier mes travaux avec du matos de pro et taper les textes que je rechigne a taper à 2 doigts (ce qui me prends un temps fou, temps que je préfèrerais passer à peindre ou à glandouiller, off course…) si par miracle elle pouvait aussi réparer le rétro-éclairage de mon écran qui va finir par me rendre épileptique ou à me changer en Hulk de colère a force de marcher par intermittence, ça m’aiderais beaucoup… tout ceci en étant volontaire et parfaitement consentante bien évidemment…

Trêve de rêverie.

Sinon le thème de ce tableau est donc « Le patriarcat et la témérité ».

Ce qui me fait penser que c’est quand même bien pratique d’avoir une activité artistique, ou en tous cas créative en ayant pas à penser ni à faire à bouffer, ni les courses, ni ranger ou nettoyer la maison, ni aller gagner des sous, ni rien d’autre qui ne concernerait pas directement « L’AAAAAActe de  CRéééééAAAATIOOOON ». Et la je pense à Rodin et à tant d’autres qui se la touchaient au fond de leur atelier sous prétexte de génie créateur pendant que Berthe ou Marthe ou Gündrün se tapaient la logistique en toute bonne volonté. Sans jamais penser à s’emparer des outils, ni a leur envoyer leur tartes tatins favorites dans la gueule (en guise de happening).

Je comprendrais jamais les artistes… Moi, je trouve ça plutôt pas mal épanouissant de créer tout en étant autonome!! alors certes, à ce train là je suis pas prêtes d’être riche et célèbre parce que vous m’excuserez, j’ai pas le temps de passer la 2eme couche, faut que j’aille au carrefour chercher ma pitance… Mais je trouve ça beaucoup moins suspect que d’exploiter les bienfaits de mes congénères.

C’est surement parce que je suis une sale frustrée qui n’a pas la chance comme la plupart de hommes, de pouvoir « conquérir une feeeemme » (dixit un EX) pour avoir une boniche gratos.

J’y comprends rien à l’art décidément…

d’ailleurs, sans transition un peu de discount sémiotique (le seul mot savant que j’ai appris aux Beaux-Arts):

Ce tableau est un moyen format. Il n’y a pas de lignes directrices, à part peut-être la ligne servant d’horizon/ciel rose framboise en haut du tableau. Les couleurs sont vives mais pas que… Il y a une recherche d’ équilibre entre les couleurs chaudes et froides. Les formes sont bizarres et entre-mélèes pour certaines, on peut parler de formes oniriques et d’organiques même, pour faire plaiz’ aux lycéens en art plastique. Il représente de façon symbolique une échappatoire à la domination masculine vu que je suis anti-sexiste, non-soumise et que je risque la peine de mort pour ça, comme la plupart des femmes  (voir, le personnage de type « tete de mort mexicaine » autrement appellée « calavera » à droite du tableau). Le personnage plutôt féminin représentant la fuite vers un monde égalitaire n’est pas tout à fait fini comme pour rappeler que le chemin de la connaissance personnelle est permanent. Ce personnage regarde en l’air  vers un rouge-gorge symbolisant le lien à la nature de plus en plus précaire (voir les pattes du rouge-gorge). Quand au personnage plutôt masculin il est rouge (de colère?) et recouvert d’une matière jaunâtre et indéterminée (parce qu’il me semble que les garçons adooore se rouler dans la merde pour se faire plaindre et pouvoir dire que c’est notre faute tout à la fois, mais je peux me tromper). Ce personnage à l’air profondément triste et blasé (ce qui vient peut-être du fait que sa tentative suprématiste ne l’a pas vraiment rendu heureux, mais je peux me tromper encore). Au bas du tableau à droite se trouve gravé un décompte de prisonnier comme pour dire « Mais bordel, jusqu’à quand on va subir çaaaaa?! »  comme dans beaucoup de mes tableaux ou dessin depuis 2001 (alors le premier qui vient me dire que Dran l’a déjà fait en 2009 il peut aller se faire voir chez mix’art). Voilà, voilà.

En tous cas, ce tableau est d’une facture sur demande.

28 août 2014

Graffitisme

Publié par florcarnivor dans peintures, textes

Je me suis rendu compte en replongeant dans mon blog que ça manquait un peu de textes alors que je passe beaucoup de temps à écrire… Du coup je vais essayer de palier à ça en commençant gentil et peut-être en me lâchant par la suite (y’a matière, j’en ai sous le coude, vous m’en direz des poutrelles…).

en 2006 j’avais écrit ça pour présenter une de mes expos.

(Entre temps, le terme graffitisme est devenu HYYYYYYYPErrrrr tendance…et je suis toujours tricarde du monde graffitti de la ville où je vis, mais là n’est pas le sujet, hein?!).

Sinon les fautes d’orthographes ne sont pas en options, doit forcément y’en avoir de ci, de là hein, courage aux personnes que ça indigne, moi aussi je trouve ça honteux mais je suis sure qu’il y a des choses plus ulcérantes dans le monde…

En tous cas, voici comment je parlais de ma peinture il y a 8 ans et une photo de l’expo en question:

GRAFFITISME:

Tiens, ça fait 10 ans que je peins ?!…

Mes influences se baladaient alors entre le graffitti et le fauvisme : expression brute + intensité des couleurs… ça n’a pas beaucoup changé . Sauf qu’entre temps, j’ai découvert l’affichage politique, l’art brut, les comix et bien d’autres choses qui nous nourrissent mes créations et moi.

Concrètement, j’aime utiliser les coulures, les slogans, les tampons, les craies, les collages et en général tout ce qui tache et laisse des empreintes. Surtout la glycéro.

Je récupère beaucoup et je crée des images en tenant compte de la nature des supports que je choisi, du contexte de récup’, de l’utilité première des objets … Que ce soit de la tapisserie de chiottes, des canevas de mèmère ou de la vulgaire pub.

Venez en esthéte c’est d’un goût très sur ! Et vous pourrez découvrir un subtil mélange de super héros déchus, de têtes de morts épanouies, de chiens dans tous leurs états, de mandragore déesse, d’auto-portrait/auto-dérision, ainsi que le tiercé gagnant de la vie : l’amour, la liberté, la mort.

Bref, l’expression sauvage s’en remet à l’humour noir qui flirte avec le kitch qui avait pas mal fricoté avec l’absurde qui lui-même est extra lucide.

Ne cherchez pas.

J’aime la peinture.

J’ espère au moins que ça vous fera rire, au mieux que ça vous fera pleurer…

 

FloRe. Janvier 2006.

 

graffitisme

24 août 2014

La promenade

Publié par florcarnivor dans peintures

Peinture technique mixte – 2010 – 1,24 x 1,87 m

collection perso…La promenadeWEB

15 juin 2014

Fatalitas…

Publié par florcarnivor dans peintures

Fatalitas (the song remains the same) – Technique mixte – 75 cm x 100 cm env…

Un tableau de 2009 réalisé à Nantes.

Collection Rémy Thoirain.

Fatalitas WEB

13 mai 2014

Incognitaaaaa

Publié par florcarnivor dans dessins, peintures
Incognita Mars 2014
Album : Incognita Mars 2014

14 images
Voir l'album

Voilà une sélection de photos de l’expo  »Incognita » Mars 2014 aux Pavillons Sauvages…

Merci à Judith et Marlène pour les photos!

1...56789

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog