Takavazi, Art Batard et FloRe CarnivoRe

4 décembre 2015

Robocop 21 …

Publié par florcarnivor dans dessins

Anthropocène - FloRe - florcarnivor.unblog.fr

Anthropocène

Dessin à l’encre – In Carnet

Juillet 2015

 

 

 

 

 

11 novembre 2015

Fluides…

Publié par florcarnivor dans dessins

Fluides  - FloRe - florcarnivor.unblog.fr

 

Dessin – In Carnet

format A4

2015

 

 

 

 

25 septembre 2015

What a mess…

Publié par florcarnivor dans peintures

What a mess WEB

 

What a mess

Technique mixte sur toile

env 60 x 90 cm

2011-2014

 

 

 

 

8 septembre 2015

Le buisson ardent…

Publié par florcarnivor dans dessins

le buisson ardent - FloRe - florcarnivor.unblog.fr

 

Dessin – In Carnet –

Août 2015

 

 

 

 

21 août 2015

Chante…

Publié par florcarnivor dans dessins, peintures

Chante - FloRe - florcarnivor.unblog.fr

 

Chante

Technique mixte

60 x 120 cm

2015

 

et son croquis préparatoire :

 

Chante Croquis - FloRe - florcarnivor.unblog.fr

 

 

 

 

14 août 2015

Aérosol…

Publié par florcarnivor dans peintures, textes

CAZ #1 - FloRe - florcarnivor.unblog.fr

 

 

La peinture pour moi se résume avant tout, à un travail d’atelier.

J’aime aussi peindre en grand et à l’extérieur ou dans des friches.

J’adore ça.

Mais ma pratique d’atelier et/ou domestique accapare la plus part de mes temps de création picturale.

L’ambiance calme de l’atelier m’apaise, me convient au quotidien…

J’aime m’y perdre dans le temps et l’espace délimité de mes toiles.

Je peux passer de l’une à l’autre sans que les images traitées ne soient dans la même veine.

Sans rapports directs.

Sans pression extérieure ni démarche de rentabilité.

Parfois, les choses évoluent très lentement sur la toile et les intentions et les actes qui me viennent sont murement réfléchis et de plus en plus minutieux.

D’autres fois, c’est comme une fulgurance et les choses s’assemblent et prennent forme très spontanément de façon frénétique…

Dans l’atelier, j’aime à pouvoir moduler ma capacité de concentration, y passer des heures et pouvoir décrocher de la toile et m’activer à/ou passer à autre chose.

J’aime quand le temps ralenti et que je peux regarder mon ouvrage un temps infini pour saisir ce que va donner la suite ou déterminer si c’est achevé…

J’aime le contact du pinceau sur la surface, les jus colorés que j’applique avec des pinceaux à forte charge ou la glycéro bien collante qui fait des sillons comme sur les disques vinyls sous les passages de brosses dures.

Et j’aime l’odeur et les possibilités plastiques de la  »bombe » de peinture.

(Le bruit et l’odeur…).

Ce sont les principales raisons au fait que je continue à peindre dehors.

Et je crois bien que l’odeur de la bombe est ma préférée des odeurs non-humaines (avant même l’odeur ou du buis ou du ventre des chats, qui sont celles qui me transportent le plus…).

Celle qui me fait me sentir bien quand je passe devant un atelier de carrosserie.

L’odeur de la peinture aérosol.

Pure chimie de merde.

Une pire aberration écologique.

Éh bien c’est ma favorite au monde!

Si c’est pas de l’addiction sans déconner?…

Et si je dois remonter à la source olfactive de ce bien être, je dirais que ça me rappelle l’odeur des jouets neufs en plastique de mon enfance.

Merci Bandaï et Mattel.

Merci bien pour l’empreinte pétrochimique liée à la récompense, implantée dans mon système nerveux, peut-être jusqu’à ma mort…

 

 

Enfin, bref, j’utilise de la bombe de peinture.

Peu mais régulièrement.

En atelier aussi…

où je me protège avec le masque à gaz que m’a offert Rémy. J’y mets des cartouches spéciale pour les travaux de carrosserie. J’aère au maximum… Y’a des ateliers ou c’est facile et d’autres ou c’est galère, voir impossible, faut avoir un espace extérieur…

 

Alors, j’en utilise de moins en moins, même si j’adore ça.

Et au final, je me dis que c’est un peu comme la viande.

Comme mon rapport à le viande.

Je crois que je ne pourrais jamais vraiment arrêter, mais de temps en temps, je me le permets.

Moins mais mieux…

Le régime de la bombe de peinture!

 

En tous cas, on est en 2015 et je traine encore des couleurs de 2007 dans mon stock (les ex-ONG de Barcelone m’en avaient laissé quelques cartons quand je les ai faits exposer au Musicophages en Mai 2007).

J’ai du en racheter moins de 10 fois depuis…

C’est pour dire à quel point je suis pas une acharnée du pshiiit.

Bien que j’ai été pas mal active entre 2006 et 2009, j’ai quasi arrêté depuis (je suis une économe de l’énergie, les codes performatifs du graff’, m’ont toujours saoulé).

De temps en temps, je me fais plaisir et je vais peindre dehors, en friche ou en skate-park, mais je n’ai presque aucune photo de mes peintures.

Donc c’est comme si je ne les avais jamais faites!

-éphémère persistance rétinienne urbaine-

Et en définitive, même si ça m’a frustrée longtemps, je crois que j’aime bien l’ idée d’en avoir rien à foutre de la reconnaissance du  »milieu » ou de la diffusion photo de mes oeuvres…

J’aime bien cet aspect d’avoir VRAIMENT bossé dans le vent.

Des graffs dans le néant.

Peut-être juste pour le plaisir de ceux qui les ont recouverts.

^^

 

 

FloRe – 2015 – Toulouse

 

 

 

 

7 août 2015

Hyper Fluide…

Publié par florcarnivor dans peintures

Hyper Fluide web - FloRe - florcarnivor.unblog.fr

 

Hyper Fluide

Technique mixte sur toile

2014/2015

30 x 30 cm

 

 

 

 

 

 

24 juillet 2015

Massage cranien…

Publié par florcarnivor dans dessins, peintures

Massage cranien - FloRe - florcarnivor.unblog.frr

 

Massage Cranien

Technique mixte – Oct 2013 – 23,5 x 25 cm

Collection privée

 

 

 

 

4 juillet 2015

Le temps des cerises…

Publié par florcarnivor dans peintures

Le temps des cerises - FloRe - florcarnivor.unblog.fr

 

Le temps des cerises

Glycéro sur canevas – 2004

40 x 60 cm env

Collection privée

 

 

Quand nous chanterons le temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur

Mais il est bien court le temps des cerises
Où l´on s´en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d´oreilles
Cerises d´amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang
Mais il est bien court le temps des cerises
Pendants de corail qu´on cueille en rêvant

 

 

Quand vous en serez au temps des cerises
Si vous avez peur des chagrins d´amour
Evitez les belles
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi des peines d´amour

 

J´aimerai toujours le temps des cerises
C´est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte
Et Dame Fortune, en m´étant offerte
Ne saura jamais calmer ma douleur
J´aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur

 

Jean Baptiste Clément

 

 

 

 

18 juin 2015

Muséum…

Publié par florcarnivor dans textes

 

Y’a pas longtemps j’ai eu le privilège de sentir de mes mains des objets  »sacrés ».

Une des chances de ma vie jusqu’à présent.

ça faisait 20 ans que je rêvais d’une chose et Théo & Guillaume me l’ont offert.

Cette chose c’est visiter les réserves du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse…

Théo c’est un copain qui a fait un don au Muséum. Le don c’est un herbier qui a appartenu à sa grand mère. Une mine pour botaniste. ça donne à Théo le droit de pouvoir venir au muséum quand il veut et d’avoir accès aux réserves. On s’est donc accordé le droit de mander a voir les réserves préhistoriques parce que Théo sait que ça me parle particulièrement… (j’ai beaucoup gratté dans des chantiers archéologiques préhistoriques entre 1991 et 2003 et l’art pariétal est un monument fondamental pour moi et mes créations).

Et c’est là que Guillaume entre en scène. C’est un des conservateurs du muséum et il revenait juste d’un voyage archéologique en Afrique du sud où il a bossé sur de la préhistoire très ancienne, très éloignées de nous, plus proche de Lucy… Il a eu l’amabilité de nous offrir 2h de son temps pour ouvrir de tiroirs et nous faire partager son savoir précieux. Une perle. On a vu des fragments de merveilles gravées sur l’os. On a vu des éclats de technicité essentielle sous forme de poignards en silex. On a vu des bois de cerfs perforés à l’usage mystérieux… On a pu toucher du doigt des bribes d’histoire ancestrale. Un pur concentré de puissance temporelle. Dans nos mains.

Les objets les plus forts, à mon avis, qu’il nous a été donné de sentir sont des objets collectés sur le site de la grotte d’Altamira en Espagne. Cette grotte si singulière avec ses représentations de bovidés aux formes si précises et stylisées. Guillaume nous a offert la possibilité de sentir ENTRE NOS MAINS, un galet poli d’un seul coté, grand comme le creux de ma main, qui servait a écraser le pigment pur et un fragment de ce même pigment. Des objets si simples mais chargés d’une telle puissance que j’ai d’abord refusé de les saisir tellement je n’en revenais pas… Ces objets ont servis a créer une des plus importantes oeuvres préhistorique jamais découverte. Ces objets ont servis il y a 20 000 ans environ et ils sont toujours là. Mieux: ils sont encore UTILISABLE aujourd’hui (la simplicité extrême est pour moi, je le ressens de + en + clairement et surement, un gage d’efficacité et de longévité redoutable).

Il m’a fallu plusieurs jours pour capter a quel point ce que j’avais vécu à ce moment là a été magique. Et a quel point cette magie se diffuse encore en moi et continuera a infuser, surement pour ma vie, tout le temps qu’il me reste et toutes les créations qu’il en découlera.

 

 

FloRe. Mars 2015. Toulouse.

 

1...34567...16

Les Créations de Cindy |
Aux Arts etc... |
yannickguilloguitariste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des animes en directe
| diattadavid03
| raph's blog